Conférence de presse du 19 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/04/19

Le Conseil de Sécurité de l'ONU tiendra un débat ouvert de haut niveau sur le renforcement de la coopération entre l'ONU et les organisations régionales et sous-régionales le 19 avril. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, en tant que Représentant spécial du Président Xi Jinping, y sera présent. L'événement se tiendra par liaison vidéo.

CCTV : Selon des reportages, le rapporteur spécial sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l'exercice des droits de l'homme du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et le Groupe de travail sur la détention arbitraire ont publié une déclaration conjointe, indiquant qu'un programme américain de récompenses antiterroriste intitulé « Rewards for Justice » violait les droits de l'homme de certaines de ses cibles. Les experts concernés ont à plusieurs reprises fait part de leurs préoccupations à l'administration américaine et espèrent que celle-ci pourrait réexaminer ce programme pour le rendre conforme au droit international. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai pris note des reportages concernés. Les experts du mécanisme spécial relatif aux droits de l'homme ont indiqué dans la déclaration conjointe que les États-Unis avaient déterminé que certaines personnes étaient associées aux activités terroristes sans les poursuivre en justice et que de nombreux terroristes désignés par les États-Unis ne pouvaient pas bénéficier d'une procédure judiciaire régulière. De plus, les États-Unis recourent arbitrairement à des menaces de sanctions et d'autres mesures coercitives pour contraindre des personnes d'autres pays à coopérer avec les États-Unis contre leur volonté sous prétexte qu'elles sont soupçonnées de participer à des activités terroristes. Il s'agit d'un travail forcé défini par l'Organisation internationale du Travail (OIT). Ces actions violent le droit au travail, le droit à la liberté de mouvement, le droit à la réputation et le droit à la vie des personnes concernées, et violent gravement l'esprit humanitaire et le droit international. Les experts du mécanisme spécial ont également déclaré que ces préoccupations avaient été soulevées à plusieurs reprises auprès de l'administration américaine et qu'aucune réponse n'avait été reçue à ce jour.

Les États-Unis ont à plusieurs reprises dénigré le Xinjiang en faisant couler beaucoup d'encre sur l'existence du « travail forcé » dans la région, mais les faits montrent que l'étiquette du « travail forcé » appartient aux États-Unis eux-mêmes. La Chine exhorte les États-Unis à écouter attentivement les préoccupations de la communauté internationale, à examiner sérieusement leurs propres problèmes graves en matière de droits de l'homme et à prendre des mesures concrètes pour les améliorer.

NHK : Quels sont les commentaires de la Chine à l'égard de la déclaration conjointe publiée récemment par les dirigeants des États-Unis et du Japon ?

Wang Wenbin : En ce qui concerne la réunion entre les dirigeants des États-Unis et du Japon et le contenu concernant la Chine dans la déclaration conjointe, un porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a déjà exposé la position solennelle de la Chine. Je tiens à faire trois remarques ici :

Premièrement, il n'y a qu'un seul système dans le monde, c'est le système international centré sur les Nations Unies, et il n'y a qu'un seul ensemble de règles dans le monde, ce sont les normes fondamentales régissant les relations internationales basées sur la Charte des Nations Unies. Les États-Unis et le Japon ne représentent pas la communauté internationale et n'ont pas le droit de définir l'ordre international, encore moins le droit d'imposer leurs propres normes aux autres. Tout en prônant « la liberté et l'ouverture », les États-Unis et le Japon forment de « petits clans » et créent une confrontation des blocs, ce qui constitue une véritable menace à la paix et à la stabilité régionales et un sabotage sans scrupule des règles et de l'ordre internationaux. Il y a soixante-six ans, sur la base des Cinq Principes de la Coexistence pacifique, la Conférence de Bandung a proposé dix principes de la coexistence, qui sont d'une grande signification actuelle pour guider les pratiques dans les relations internationales. Cela montre pleinement que la solidarité, l'égalité et la coopération, plutôt que de la division, de l'hégémonie et de la confrontation, correspondent au courant du développement de l'époque et résistent à l'épreuve de l'Histoire.

Deuxièmement, sur la question des droits de l'homme, le Japon et les États-Unis ont une dette due au peuple chinois et aux peuples du monde. Les guerres d'agression déclenchées par le Japon dans les années 1930 ont infligé d'indicibles souffrances aux pays asiatiques, en particulier au peuple chinois. Cependant, jusqu'à ce jour, au Japon, un pays vaincu, il y a quand-même de temps en temps des paroles et actes qui nient et blanchissent ces actes d'agression. Les États-Unis ont longtemps suivi une politique belliciste. Depuis le 21e siècle, les guerres déclenchées par les États-Unis à l'étranger ont causé la mort de plus de 800 000 personnes, dont plus de 300 000 civils. Ce que le Japon et les États-Unis doivent faire, c'est de réfléchir effectivement leurs propres actes d'agression et leurs agissements erronés de violation des droits de l'homme à l'encontre d'autres pays et de les rectifier, au lieu de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de droits de l'homme. Salir l'image d'autres pays, saper la stabilité d'autres pays et contenir le développement d'autres pays sous prétexte de droits de l'homme sont des choses que le peuple chinois ainsi que les peuples du monde entier ne permettront jamais. L'impératif du moment pour le Japon est de faire face aux graves préoccupations de ses pays voisins et de la communauté internationale, de cesser immédiatement d'appliquer sa décision de déverser l'eau contaminée dans la mer et de mettre fin aux actes qui nuisent autant aux autres qu'à lui-même dans une attitude responsable envers la vie et la santé des populations du monde entier.

Troisièmement, la lutte contre la pandémie nécessite un esprit scientifique et des efforts concertés de tous les pays. Les États-Unis ont politisé la lutte contre la pandémie, ont stigmatisé d'autres pays, ont rejeté les responsabilités sur autrui et se sont retirés d'organisations internationales, ce qui a non seulement fait payer un lourd tribut au peuple américain, mais également créé des obstacles et entravé la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie. Les États-Unis et le Japon doivent cesser leurs manœuvres politiques sur la question de la lutte contre la pandémie, chérir la vie, respecter la science, et faire davantage de choses concrètes au lieu de causer plus de problèmes afin de promouvoir la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie.

Nippon TV : Toujours une question sur la déclaration conjointe des dirigeants américain et japonais. Cette déclaration a mentionné l'importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taiwan. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : Taiwan est une partie inséparable du territoire chinois, et nous demandons aux États-Unis et au Japon de prendre au sérieux les préoccupations de la Chine, de respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine, et de cesser immédiatement de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et de nuire aux intérêts de la Chine. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre résolument la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays.

Phoenix TV : Selon une déclaration conjointe sur la réponse à la crise climatique publiée le 18 avril par la Chine et les États-Unis, les deux pays attendent avec impatience le sommet des dirigeants sur le climat qui sera organisé par les États-Unis les 22 et 23 avril. Les dirigeants chinois y participeront-ils sur invitation ?

Wang Wenbin : La Chine en a reçu l'invitation et est en train de l'étudier activement.

RIA Novosti : La conférence de paix sur l'Afghanistan se tiendra à Istanbul, en Turquie, et votre collègue a déclaré la semaine dernière que la Chine en avait reçu une invitation. La Chine a-t-elle confirmé sa participation ? Pourriez-vous nous dire qui représentera la Chine ?

Wang Wenbin : La Chine en a reçu l'invitation. La question afghane ne pourra pas être résolue sans le soutien et l'aide de la communauté internationale. La Chine soutient tous les efforts internationaux susceptibles de promouvoir le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan et maintient la communication avec les parties concernées au sujet des affaires de la conférence.

China Daily : La Chine vient d'annoncer que le Président Xi Jinping participera demain par liaison vidéo à la cérémonie d'ouverture de la Conférence annuelle 2021 du Forum de Boao pour l'Asie et y prononcera un discours. Quelles sont les attentes et les perspectives de la Chine pour la Conférence annuelle du Forum de cette année ?

Wang Wenbin : La Conférence annuelle 2021 du Forum de Boao pour l'Asie aura lieu du 18 au 21 avril à Boao, dans la province de Hainan. Le Président Xi Jinping participera à la cérémonie d'ouverture le matin du 20 avril par un discours vidéo préenregistré. M. Xi accorde une grande importance au développement du Forum, et ce sera la cinquième fois qu'il participera à sa Conférence annuelle. Dans son discours, M. Xi portera son regard vers les situations régionale et internationale actuelles ainsi que vers les risques et les défis mondiaux, et illustra d'une manière complète et systématique « la vision chinoise » et « la proposition chinoise » pour promouvoir le développement et la prospérité de l'Asie et du monde.

Cette année marque le 20e anniversaire de la fondation du Forum de Boao pour l'Asie. Au cours des vingt dernières années, en se basant sur l'Asie et en s'adressant au monde, le Forum s'est transformé en un forum international de haut niveau avec une influence mondiale. La Conférence annuelle de cette année est un grand événement diplomatique tenu à l'occasion de son 20e anniversaire. Ayant pour thème « Un monde en changement : unir les efforts pour renforcer la gouvernance mondiale et promouvoir la coopération dans le cadre de l'Initiative "la Ceinture et la Route" », la Conférence annuelle du Forum de cette année reflète pleinement l'appel commun de la communauté internationale à s'adapter aux changements mondiaux et à renforcer la gouvernance mondiale. En tant que pays hôte, la Chine espère travailler avec les participants de toutes les parties autour du thème pour mettre en commun leur sagesse, fédérer les esprits, discuter de grandes stratégies permettant la coopération gagnant-gagnant, rechercher de bonnes approches au développement et à la prospérité, et apporter une contribution agissante à la création d'un meilleur avenir pour l'Asie et le monde.

Bloomberg : Toujours une question sur le Forum de Boao. Pour autant que nous sachions, un dirigeant chinois participera sur place à la cérémonie d'ouverture de la réunion annuelle du Forum. Pourriez-vous confirmer cela ?

Wang Wenbin : Nous publierons l'information en temps opportun sur les affaires concernant la participation de dirigeant chinois à l'événement. Veuillez y faire attention.

Agence de presse Xinhua : Concernant le sommet virtuel des dirigeants Chine-France-Allemagne, comment la Chine évalue-t-elle les résultats et la signification de ce sommet ?

Wang Wenbin : Le 16 avril, le Président Xi Jinping a participé, sur invitation, à un sommet virtuel des dirigeants Chine-France-Allemagne avec le Président français Emmanuel Macron et la Chancelière allemande Angela Merkel. Les dirigeants des trois pays ont échangé leurs points de vue de façon approfondie sur la coopération dans la lutte contre le changement climatique, les relations entre la Chine et l'Union européenne (UE) et la coopération antiépidémique, ainsi que sur des questions internationales et régionales majeures, et ont abouti à une série de consensus important :

Premièrement, défendre le multilatéralisme, mettre pleinement en œuvre l'Accord de Paris sur le changement climatique, construire conjointement un système de gouvernance climatique mondiale équitable, raisonnable, coopératif et gagnant-gagnant, et faire aboutir ce sommet des dirigeants sur le climat à des résultats positifs, équilibrés et pragmatiques.

Deuxièmement, renforcer le dialogue sur les politiques climatiques et la coopération pragmatique en matière de développement vert, et faire de la coopération sur la lutte contre le changement climatique un pilier important de la coopération Chine-UE.

Troisièmement, organiser de façon coordonnée les agendas multilatéraux importants tels que la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique prévue à Kunming, la 26e session de la Conférence des Parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) prévue à Glasgow, et le 7e Congrès mondial de la nature de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) prévu à Marseille, afin de créer un nouveau modèle de gouvernance environnementale mondiale.

Quatrièmement, renforcer la coopération internationale en matière de vaccins, soutenir le mécanisme COVAX, promouvoir la mobilité humaine de manière saine, sûre et ordonnée, préserver la fluidité et la stabilité de la chaîne industrielle, et favoriser le retour à la normale de la coopération économique et commerciale internationale dans les meilleurs délais.

Cinquièmement, soutenir le développement de l'approvisionnement énergétique dans les pays en développement de manière plus efficace, propre et diversifiée, accompagner l'Afrique dans la réalisation d'un développement vert, et aider l'Afrique à développer davantage de projets d'énergies renouvelables telles que l'énergie éolienne et l'énergie solaire.

Ce sommet est le troisième entretien entre les dirigeants Chine-France-Allemagne depuis celui tenu à Paris en mars 2019 et celui effectué par visioconférence en décembre 2020, démontrant la volonté des trois parties à mener une communication stratégique sur les questions majeures d'intérêt commun. Comme le Président Xi l'a indiqué, les relations Chine-UE font face à de nouvelles opportunités de développement et à de nouveaux défis, et il faut saisir fermement l'orientation générale et le principe général du développement des relations Chine-UE d'un point de vue stratégique. Je tiens à souligner que la Chine et l'UE sont des partenaires et non des adversaires, et que leur consensus et leur coopération l'emportent largement sur leurs divergences et leur concurrence. La Chine et l'UE, en tant que deux forces importantes dans un monde multipolaire, assument d'importantes responsabilités dans de nombreux domaines, tels que la résolution des questions internationales et régionales et la réponse aux défis mondiaux. La Chine et l'UE devront, sur la base du respect mutuel et du traitement d'égal à égal, renforcer la coordination et la coopération, gérer adéquatement leurs divergences et tracer une voie d'entente entre grands pays marquée par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant.

RIA Novosti : La semaine dernière, le Premier Secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain Raul Castro a annoncé qu'il avait officiellement démissionné de ses fonctions de dirigeant suprême du Parti. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Cette démission affectera-t-elle les relations entre la Chine et Cuba ?

Wang Wenbin : La tenue du huitième Congrès national du Parti communiste cubain revêt une grande importance charnière pour établir des plans et des dispositions stratégiques sur le développement du Parti et du pays à l'heure actuelle et à l'avenir. Nous sommes convaincus que sous la ferme direction du Parti communiste cubain, ce Congrès fournira des orientations importantes et une dynamique d'avancement pour la promotion du développement de la cause du socialisme aux caractères cubains.

Raul Castro est un dirigeant exceptionnel du Parti communiste cubain et de la cause socialiste cubaine. Pendant longtemps, il a énormément contribué à la cause de la révolution et de la construction du parti et du pays à Cuba, ainsi qu'au développement des relations Chine-Cuba. Il est profondément soutenu et aimé par le peuple cubain, et est également bien respecté par le peuple chinois.

Le Parti communiste et le gouvernement chinois attachent une grande importance aux relations entre les deux Partis et les deux pays. Le Comité central du Parti communiste chinois a envoyé un message de félicitations à la tenue du huitième Congrès national du Parti communiste cubain. En ce moment historique important du Parti communiste cubain où il ouvre de nouvelles perspectives sur la base de ses acquis, nous sommes disposés à travailler avec Cuba pour continuer à valoriser la tradition d'amitié entre la Chine et Cuba, renforcer la confiance politique mutuelle, approfondir la communication stratégique, continuer à compléter et à enrichir le contenu et les résultats de la coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays et enregistrer sans cesse de nouvelles réalisations dans la cause du socialisme de la Chine et de Cuba.

The Paper : Quelles sont les attentes de la Chine concernant ce débat ouvert de haut niveau sur le renforcement de la coopération entre l'ONU et les organisations régionales et sous-régionales tenu par le Conseil de Sécurité ?

Wang Wenbin : Actuellement, la pandémie de COVID-19 et des changements majeurs jamais connus depuis un siècle sont entremêlés, et le monde est témoin de défis majeurs dans les domaines de la paix et de la sécurité internationales ainsi que de questions de sécurité conventionnelle et non conventionnelle. Dans un tel contexte, il est très significatif que le Viet Nam, pays assumant la présidence tournante du Conseil de Sécurité en avril, a proposé d'organiser le débat ouvert de haut niveau sur le renforcement de la coopération entre l'ONU et les organisations régionales et sous-régionales. Nous espérons que toutes les parties saisiront cette occasion pour faire progresser la coopération entre l'ONU et diverses organisations régionales et sous-régionales, fédérer les esprits en faveur de la solidarité et de la coopération, défendre conjointement le multilatéralisme et promouvoir la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

China Review News : L'Envoyé spécial du Président américain pour le climat John Kerry a terminé sa visite en Chine le 17 avril, à la suite de laquelle la Chine et les États-Unis ont publié une déclaration conjointe sur la réponse à la crise climatique. Comment la Chine évalue-t-elle la visite de M. Kerry en Chine ? Quelles sont ses attentes pour la future coopération sino-américaine sur le changement climatique ?

Wang Wenbin : Sur l'invitation de la Chine, l'Envoyé spécial du Président américain pour le climat John Kerry a effectué une visite en Chine du 14 au 17 avril. Au cours de sa visite, Han Zheng, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État, a rencontré l'Envoyé spécial John Kerry par liaison vidéo à Beijing. L'Envoyé spécial de la Chine pour le changement climatique Xie Zhenhua s'est entretenu avec lui à Shanghai. À l'issue de leur entretien, les deux parties ont publié une déclaration conjointe sur la réponse à la crise climatique.

Lors de l'entretien, les deux parties ont mené une communication de façon franche, approfondie et constructive autour de sujets tels que la coopération dans la lutte contre le changement climatique, le sommet des dirigeants sur le climat et la COP26 à la CCNUCC, et ont obtenu des progrès encourageants et relancé le canal de dialogue et de coopération sur le changement climatique entre la Chine et les États-Unis. Les deux parties ont souligné que le changement climatique constituait une menace grave et urgente pour la survie et le développement de l'humanité. La Chine et les États-Unis renforceront la coopération et travailleront avec toutes les autres parties pour lutter conjointement contre la crise climatique et mettre pleinement en œuvre les principes et les dispositions énoncés dans la CCNUCC et l'Accord de Paris afin de contribuer à la promotion de la gouvernance climatique mondiale. Les deux parties continueront de maintenir la communication et le dialogue ainsi que de renforcer davantage les échanges et la coopération dans des secteurs tels que l'intensification des politiques et des mesures, la promotion de la transition vers une économie verte et à faibles émissions de CO2, ainsi que le soutien au développement de l'énergie bas carbone des pays en développement.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer
TOUS DROITS RESERVES - L'AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE EN REPUBLIQUE TOGOLAISE