Page d'accueil
  Mot de L'Ambassadeur
  Info sur L'Ambassade
  Relations Sino-Togolaises
  Economie et Commerce
  Echanges Culturels
  Service Consulaire
  La Ceinture et la Route
  Porte-Parole du Mae Chinois
 
·
Conférence de presse du 6 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-05-06)
·
Conférence de presse du 30 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-30)
·
Conférence de presse du 29 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-29)
·
Conférence de presse du 28 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-28)
·
Conférence de presse du 27 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-27)
·
Conférence de presse du 26 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-26)
·
Conférence de presse du 23 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-23)
·
Conférence de presse du 22 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-22)
·
Conférence de presse du 21 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-21)
·
Conférence de presse du 20 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-20)
·
Conférence de presse du 19 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin (2021-04-19)
·
Conférence de presse du 16 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-16)
·
Conférence de presse du 15 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-15)
·
Conférence de presse du 14 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-14)
·
Conférence de presse du 13 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-13)
·
Conférence de presse du 9 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-09)
·
Conférence de presse du 8 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-08)
·
Conférence de presse du 7 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-07)
·
Conférence de presse du 6 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-04-06)
·
Conférence de presse du 2 avril 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying (2021-04-02)
·
Conférence de presse du 1er avril 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying (2021-04-01)
·
Conférence de presse du 31 mars 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying (2021-03-31)
·
Conférence de presse du 30 mars 2021 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying (2021-03-30)
·
Conférence de presse du 29 mars 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian (2021-03-29)
Conférence de presse du 6 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/05/06

CCTV : Le 5 mai, la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G7 a publié un communiqué, exprimant sa préoccupation sur les questions concernant le Xinjiang, le Tibet et Hong Kong, ainsi que sur la situation en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale, et déclarant son soutien à la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La réunion des Ministres des Affaires étrangères du G7 a critiqué la Chine sans fondement factuel, s’est immiscée de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine et s’est engagée dans une politique des blocs qui va à l’encontre de l’Histoire. Il s’agit d’une ingérence grossière dans la souveraineté de la Chine et d’un sabotage sans scrupule des normes régissant les relations internationales, ce qui va à contre-courant de la tendance de la paix, du développement et de la coopération gagnant-gagnant de notre époque. La Chine le condamne fermement.

Les questions concernant le Xinjiang, le Tibet et Hong Kong relèvent toutes des affaires intérieures de la Chine. Et la Chine dispose de preuves factuelles et de fondements juridiques suffisants pour justifier sa souveraineté et ses droits et intérêts sur l’île Diaoyu et ses îlots affiliés, ainsi que sur les îles en Mer de Chine méridionale et les eaux adjacentes. La participation de la région chinoise de Taiwan aux activités des organisations internationales, y compris l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) composée de pays souverains, doit être traitée conformément au principe d’une seule Chine. Il s’agit d’un principe important confirmé par la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Le G7, groupe des pays développés, devrait prendre plus d’actions concrètes pour promouvoir la reprise de l’économie mondiale et aider les pays en développement à accélérer leur développement, au lieu d’attiser les conflits et les divergences au sein de la communauté internationale et de perturber la reprise économique mondiale.

Le G7, dont font partie les pays les plus touchés par l’épidémie et les pays les plus avancés en matière de technologies médicales, devrait se concentrer sur la coopération internationale pour la lutte contre la pandémie et la promotion d’une distribution équitable des vaccins, au lieu de se focaliser seulement sur l’accaparement des vaccins tout en faisant des déclarations gratuites sur leur aide à d’autres pays. Il doit s’abstenir encore davantage de critiquer de façon injustifiée les autres et de s’immiscer dans leurs efforts de manière condescendante, et de saper ainsi la coopération internationale en matière de lutte contre la pandémie, qui est la priorité absolue à l’heure actuelle.

Le G7 prétend être un groupe composé de « pays démocratiques », alors qu’un dernier sondage a indiqué que les personnes interrogées dans 53 pays et régions considéraient les États-Unis comme la plus grande menace pour la démocratie mondiale. Pourtant, nous n’avons vu aucun commentaire et aucune action de la part du G7 à cet égard.

Nous exhortons les pays concernés à faire face à leurs propres problèmes, à rectifier leur comportement égoïste dans la lutte contre la COVID-19 et à cesser la pratique erronée consistant à généraliser le concept de sécurité d’État. Les tentatives de concocter toutes sortes d’excuses pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, porter atteinte à la souveraineté chinoise et salir l’image de la Chine au mépris des normes fondamentales régissant les relations internationales sont vouées à l’échec.

RIA Novosti : Première question, le Pentagone a déclaré qu’il suivait à la trace la fusée Longue-Marche 5B, et a estimé qu’elle effectuerait ce week-end une rentrée incontrôlée dans l’atmosphère. Pourriez-vous présenter les informations concernées ? Deuxième question, la Commission nationale du Développement et de la Réforme de Chine a annoncé sa décision de suspendre indéfiniment toutes les activités dans le cadre du Dialogue économique stratégique Chine-Australie. Pourriez-vous nous donner des informations y relatives ? Quels seront ses impacts pour la coopération économique sino-australienne ?

Wang Wenbin : Concernant la première question, j’aimerais réitérer le principe suivant : la Chine s’engage depuis toujours à utiliser pacifiquement l’espace extraterrestre, et préconise une coopération internationale en la matière. La Chine est prête à travailler avec toutes les parties pour promouvoir l’utilisation pacifique de l’espace extraterrestre et la sauvegarde de sa sécurité.

Pour la deuxième question, nous croyons depuis toujours qu’une relation sino-australienne saine et stable est dans l’intérêt fondamental des deux pays et que la coopération bilatérale est par essence mutuellement bénéfique. Cela dit, le respect mutuel et la bonne confiance réciproque sont les conditions préalables au dialogue et à la coopération pragmatique entre divers pays. Depuis une certaine période, la partie australienne, au mépris de la position solennelle et de plusieurs démarches de la Chine, a multiplié les contraintes et les répressions sur les projets de coopération sur les plans économique, commercial, humain et culturel entre les deux pays, ainsi que sur les résultats obtenus dans ces domaines, en abusant la prétendue « sécurité d’État », ce qui a gravement nui à la confiance mutuelle entre les deux pays, et sapé les fondements des échanges et de la coopération normaux. La Chine est obligée d’y donner des réponses nécessaires et légitimes. La partie australienne doit en assumer toutes les responsabilités.

Nous exhortons la partie australienne à rejeter la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, à traiter le développement de la Chine et la coopération sino-australienne d’un point de vue objectif et réel, à revenir à la raison, corriger ses erreurs et changer d’attitude sans tarder, à cesser ses actes de répression folle contre la coopération sino-australienne, à arrêter la politisation et la stigmatisation des échanges normaux interétatiques, et à s’abstenir d’aller plus loin sur cette voie erronée.

Shenzhen TV : Selon des reportages, la Première Ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a déclaré dans son discours prononcé lors du China Business Summit à Auckland il y a quelques jours que la relation avec la Chine était l’une des relations bilatérales les plus importantes de son pays avec l’extérieur et que la Nouvelle-Zélande restait attachée à la politique d’une seule Chine. Mais elle a également signalé des divergences entre les deux pays sur certaines questions en affirmant que des efforts devaient être déployés pour les gérer et les contrôler. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons remarqué les reportages concernés et nous apprécions le fait que la dirigeante de la Nouvelle-Zélande accorde de l’importance au développement des relations avec la Chine et réaffirme l’attachement de son pays à la politique d’une seule Chine. La Chine et la Nouvelle-Zélande sont des partenaires importants l’une pour l’autre. Les deux pays ont fait des progrès dans leurs relations et leur coopération en créant de nombreuses « premières ». Les pratiques au cours des 49 années écoulées depuis l’établissement de nos relations diplomatiques ont prouvé que nous devons et sommes capables de bien développer nos relations bilatérales à condition que nous respections le principe du respect mutuel, de la recherche d’un terrain d’entente par-delà les divergences, du traitement sur un pied d’égalité et de la coopération gagnant-gagnant. La Chine est prête à travailler avec la Nouvelle-Zélande pour continuer de faire avancer l’esprit de pionnier, renforcer le dialogue, approfondir la coopération et éliminer les perturbations, afin de promouvoir un plus grand développement du partenariat stratégique global entre la Chine et la Nouvelle-Zélande.

La Chine poursuit toujours une politique étrangère d’indépendance et de paix et préconise l’égalité entre tous les pays, qu’ils soient grands ou petits. Nous défendons fermement le droit international, les normes fondamentales régissant les relations internationales, ainsi que l’équité et la justice internationales, en nous efforçant de favoriser la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Nous n’avons aucune intention d’entrer dans une compétition de systèmes ou une confrontation idéologique avec des pays occidentaux. Le développement de la Chine n’est pas au détriment des intérêts d’autres pays. Au contraire, il présente d’immenses opportunités de développement pour tous les pays de la planète. La Chine est disposée à renforcer sa coopération avec toutes les parties, y compris la Nouvelle-Zélande, afin d’apporter une contribution constructive à la paix et au développement du monde.

FSN : Je voudrais poser une autre question sur la décision annoncée par la Chine de suspendre le Dialogue économique stratégique Chine-Australie. Quels sont les impacts concrets de cette décision sur le commerce entre les deux pays ?

Wang Wenbin : Comme je l’ai dit, depuis une certaine période, la partie australienne a abusé de la « sécurité nationale » pour multiplier les contraintes et les répressions sur les projets de coopération sur les plans économique, commercial, humain et culturel entre les deux pays, ainsi que sur les résultats obtenus dans ces domaines. Cela a gravement compromis la confiance mutuelle entre la Chine et l’Australie, et sapé les fondements des échanges et de la coopération normaux entre les deux parties. La Chine n’a d’autre choix que de donner des réponses légitimes et nécessaires. La partie australienne doit en assumer toutes les responsabilités.

AFP : Quelles mesures la Chine prendra-t-elle pour s’assurer que les débris de la fusée Longue-Marche 5B ne tomberont pas dans les quartiers résidentiels ?

Wang Wenbin : Je viens d’énoncer la position de principe de la Chine en cette matière. Pour des questions spécifiques, veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes.

CGTN : La Chine assume la présidence tournante du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour le mois de mai. Comment la partie chinoise va-t-elle exercer ses fonctions et jouer son rôle ? Quels sont les travaux prioritaires qu’elle fera avancer ?

Wang Wenbin : La Chine a succédé officiellement à la présidence tournante du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour le mois de mai. En ce mois, le Conseil de Sécurité examinera les questions brûlantes régionales telles que les questions du Moyen-Orient, de la Syrie, du Yémen, de l’Irak, de la Libye, de la Somalie, du Sahel, de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), et de la Bosnie-Herzégovine. La partie chinoise prendra l’initiative d’organiser le 7 mai une visioconférence de haut niveau sur le thème « Préserver la paix et la sécurité internationales : défendre le multilatéralisme et le système international centré sur l’ONU » et tiendra le 19 mai un débat public sur le thème « La paix et la sécurité en Afrique : favoriser le redressement postpandémique en Afrique et s’attaquer aux causes profondes des conflits ». Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi présidera ces deux séances par liaison vidéo. Par ailleurs, la Mission permanente de la Chine auprès des Nations Unies organisera au sein du Conseil de Sécurité des réunions publiques sur des thèmes comme la garantie de la sécurité des Casques bleus, et l’impact des nouvelles technologies sur la paix et la sécurité internationales.

À l’heure actuelle, avec l’imbrication des changements inédits depuis cent ans et de la pandémie de COVID-19 jamais vue depuis un siècle, l’instabilité et l’incertitude de l’échiquier mondial s’accroissent sensiblement, et les voix en faveur de la défense du multilatéralisme et de la lutte solidaire contre la pandémie s’intensifient plus que jamais. Cette année marque le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC) et le 50e anniversaire du rétablissement du siège légitime de la République populaire de Chine au sein des Nations Unies. Se tenant sur un nouveau point de départ historique, la Chine exercera sérieusement ses fonctions en tant que Présidente du Conseil de Sécurité, promouvra la solidarité et la coopération au sein du Conseil de Sécurité, et apportera une plus grande contribution à la préservation de la paix et de la sécurité internationales. La Chine intensifiera également l’interaction avec les pays non membres du Conseil de Sécurité, les pays impliqués dans les questions brûlantes, le Secrétaire général des Nations Unies et le Président de l’Assemblée générale, et écoutera largement les avis et suggestions de toutes les parties, afin d’exercer ses fonctions en tant que Président du Conseil de Sécurité de manière plus efficace et plus transparente.

Beijing Youth Daily : Selon des médias, l’unité de réponse à la désinformation du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) a publié un rapport déclarant que la Russie et la Chine s’étaient engagées dans une « diplomatie des vaccins » en suivant une logique de jeu à somme nulle, en promouvant la supériorité des vaccins russes et chinois, et en exagérant le lien entre les vaccinations et les décès dans les pays européens, en vue de semer la méfiance chez le public à l’égard des vaccins occidentaux. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les conclusions concernées de ce rapport sont vraiment absurdes.

La Chine est profondément convaincue que les vaccins doivent être un bien public et œuvre à promouvoir l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement. Elle a fourni une assistance en matière de vaccins à plus de 80 pays et à 3 organisations internationales, exporté des vaccins dans plus de 40 pays et mené une coopération en matière de recherche, de développement et de production de vaccins avec plus de 10 pays. Nous participons activement au mécanisme COVAX de l’OMS et nous nous sommes engagés à fournir un premier lot de 10 millions de doses de vaccins en réponse aux besoins urgents des pays en développement. Nous avons également annoncé la fourniture de vaccins aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies et au Comité international olympique. La Chine met en pratique sa vision de faire des vaccins un bien public par des actions concrètes.

Alors, qu’a fait l’Union européenne (UE) elle-même ? L’OMS a exhorté à plusieurs reprises certains pays développés à mettre fin à leurs pratiques liées aux achats excessifs de vaccins et à l’imposition de restrictions à l’exportation de vaccins, afin d’endiguer la propagation et la mutation futures du virus. Le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a également critiqué à plusieurs reprises des pays développés pour leurs nombreux actes tels que la pratique du « nationalisme vaccinal », l’accaparement des vaccins et la conclusion des accords privés avec les fournisseurs de vaccins, soulignant que la distribution inéquitable des vaccins était « contraire à la morale », et appelant à la promotion de l’accès équitable et abordable aux vaccins à l’échelle mondiale. Mais ce que nous constatons, c’est que l’UE intensifie continuellement ses restrictions sur l’exportation de vaccins et des pays accaparent des quantités de vaccins bien au-delà des besoins de leur propre population. N’est-ce pas du « nationalisme vaccinal » ? N’est-ce pas la création du « fossé vaccinal » ? Et combien de vaccins l’UE a-t-elle donnés aux pays en développement ?

Ce rapport du service concerné de l’UE est plein d’arrogance et d’hypocrisie. La Chine appelle l’UE à respecter les faits fondamentaux, à prendre des mesures concrètes pour promouvoir la distribution équitable des vaccins dans le monde entier et à faire davantage d’efforts concrets pour aider les pays en développement à lutter contre la pandémie, au lieu de détourner l’attention, de semer la confusion, de tromper le public et d’induire l’opinion publique en erreur en attaquant et en dénigrant d’autres pays.

AFP : La Commission européenne a déclaré mardi que compte tenu des relations actuelles entre l’UE et la Chine, elle avait suspendu la ratification de l’Accord d’investissement Chine-UE. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : J’ai pris note des reportages concernés. J’ai également remarqué qu’un porte-parole de l’UE avait démenti cette déclaration plus tard. L’Accord d’investissement Chine-UE est par essence mutuellement bénéfique et dans l’intérêt des deux parties. Il profite à la Chine, à l’UE ainsi qu’au monde entier. La Chine est prête à maintenir la communication et la coordination avec l’UE, afin de promouvoir conjointement l’entrée en vigueur rapide de l’accord au bénéfice des populations des deux parties, et d’envoyer un signal positif à la communauté internationale montrant que la Chine et l’UE soutiennent et défendent une économie mondiale ouverte.

 

Quotidien du Peuple : Le 30 avril, la Chine, les États-Unis, la Russie et le Pakistan ont discuté à Doha, au Qatar, de la manière de soutenir les pourparlers intra-afghans et d’aider les parties prenantes à parvenir à un cessez-le-feu permanent et complet. Les quatre pays ont également publié une déclaration conjointe sur le règlement pacifique de la question afghane. Pourriez-vous fournir des informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le 30 avril, les représentants de la Chine, des États-Unis, de la Russie et du Pakistan ont tenu une réunion quadripartie sur la question afghane à Doha pour avoir un échange de vues approfondi sur la situation en Afghanistan, la promotion du processus de paix et de réconciliation en Afghanistan et d’autres sujets concernés. Les quatre parties ont publié une déclaration conjointe en tant que résultat de la réunion.

Les quatre parties estiment unanimement qu’une solution politique négociée est le seul moyen correct de parvenir à une paix durable en Afghanistan. Les troupes étrangères doivent se retirer de l’Afghanistan de manière responsable afin d’assurer une transition en douceur de la situation du pays. Les quatre parties appellent toutes les parties prenantes à la négociation de paix en Afghanistan à parvenir rapidement à un accord sur les questions fondamentales, à promouvoir la paix et la stabilité en Afghanistan, à mettre en place un gouvernement inclusif et à réaliser un cessez-le-feu permanent et complet.

La Chine souligne que le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan est à un point critique historique. Comme le dit un proverbe chinois, en naviguant à contre-courant, le relâche est le synonyme du recul. La réalisation de la paix et de la stabilité en Afghanistan le plus rapidement possible représente un souhait commun du peuple afghan et de la communauté internationale. La Chine, les États-Unis, la Russie et le Pakistan devraient intensifier leurs efforts de médiation et conjuguer leurs efforts afin de jouer des rôles constructifs plus importants dans la promotion de la paix et des pourparlers.

Yonhap Television News : Premièrement, le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a annoncé que les États-Unis discuteraient avec la Chine sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne. Pourriez-vous présenter les informations concernées ? Quand auront lieu les discussions concernées ? Deuxièmement, l’administration Biden a affirmé qu’elle avait terminé l’examen sur la politique envers la RPDC et se concentrerait sur la dénucléarisation complète et le règlement diplomatique, ce qui est très proche de la position de la Chine sur la question concernée. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Sur votre première question, la situation de la péninsule coréenne se trouve actuellement à un moment important. Les parties concernées doivent faire davantage de choses favorables à la paix et à la stabilité de la Péninsule, respecter les préoccupations légitimes de part et d’autre, éviter de s’agacer les uns les autres, s’efforcer de maintenir la détente actuelle obtenue au prix de grands efforts, et continuer à faire progresser le processus du règlement politique de la question de la Péninsule. La Chine est prête à travailler ensemble avec les autres parties concernées et selon l’approche à double voie et le principe d’actions échelonnées et synchronisées, pour réaliser la dénucléarisation de la Péninsule et y mettre en place un mécanisme de paix.

En ce qui concerne votre deuxième question, nous avons remarqué des informations concernées. La Chine s’engage depuis toujours à préserver la paix et la stabilité de la Péninsule coréenne, à réaliser la dénucléarisation de la Péninsule et à résoudre les questions par voie de dialogue et de consultation. Nous sommes favorables aux interactions positives entre la RPDC et les États-Unis, à l’amélioration des relations RPDC-République de Corée ainsi qu’à tous les efforts contribuant à promouvoir le dialogue, à apaiser la tension et à favoriser la coopération.

Il faut répondre aux préoccupations légitimes de toutes les parties concernées de façon équilibrée pour régler la question de la Péninsule. Les parties concernées doivent, selon l’approche à double voie et le principe d’actions échelonnées et synchronisées, travailler activement à atteindre les deux buts principaux qui sont la dénucléarisation de la Péninsule et la mise en place d’un mécanisme de paix dans la Péninsule. La Chine entend continuer de travailler ensemble avec toutes les autres parties pour faire avancer le processus du règlement politique de la question de la Péninsule et y réaliser la paix durable.

Bloomberg : Les États-Unis ont annoncé qu’ils soutiendraient une initiative pour la levée des protections de propriété intellectuelle sur les vaccins contre la COVID-19. L’UE a également indiqué qu’elle soutiendrait l’initiative pour la levée des brevets sur les vaccins contre la COVID-19. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Tous les pays sont responsables dans la lutte contre la pandémie. Tout le monde est égal face à l’accès aux vaccins. La Chine soutient l’attention accordée à la question de l’accessibilité des vaccins et espère que toutes les parties mèneront des discussions actives et constructives dans le cadre de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) en vue de trouver une solution efficace et équilibrée.

La Chine, toujours attachée à la vision de la communauté de santé pour tous, soutient la coopération internationale sur les vaccins et y participe activement. Elle est en train de fournir de différentes manières des vaccins aux pays qui en ont besoin, en particulier aux pays en développement qui en ont un besoin urgent. La Chine continuera fermement de faire des vaccins un bien public mondial pour contribuer à promouvoir l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement.

China Daily : Récemment, la Directrice générale de l’OMC Ngozi Okonjo-Iweala a annoncé la désignation de quatre nouveaux Directeurs généraux adjoints à l’OMC, y compris le Vice-Ministre chinois du Commerce Zhang Xiangchen. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Comment la Chine soutiendra-t-elle l’OMC dans le futur ?

Wang Wenbin : Un porte-parole du Ministère chinois du Commerce a exprimé l’appréciation et la salutation de la désignation de quatre Directeurs généraux adjoints par la Directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala et a déclaré que la désignation avait traduit la pleine reconnaissance par l’OMC du rôle agissant et constructif joué par la Chine depuis plusieurs années.

Cette année marque le 20e anniversaire de l’adhésion de la Chine à l’OMC. Pendant les deux décennies écoulées, la Chine a toujours rempli ses obligations et honoré ses engagements, observé les règles de l’OMC par des actions concrètes, et défendu fermement le système du commerce multilatéral centré sur l’OMC. La Chine entend conjuguer ses efforts avec tous les autres pays pour soutenir le travail de la Directrice générale et du Secrétariat de l’OMC, accompagner l’OMC pour qu’elle joue un rôle plus grand dans la gouvernance mondiale, sauvegarder fermement le multilatéralisme et le système du commerce multilatéral, préserver les valeurs clés et les principes fondamentaux de l’OMC, défendre les intérêts et l’espace de développement de tous ses membres, en particulier ceux en développement, et contribuer activement à la reprise régulière du commerce international et à la réalisation d’une croissance équilibrée, forte, durable et inclusive de l’économie mondiale.

AFP : La Chine compte-t-elle lever les brevets des vaccins chinois ?

Wang Wenbin : J’apprécie vos efforts pour poser la question en chinois. Je tiens à réitérer que la Chine soutient l’attention accordée à l’abordabilité des vaccins, et s’attend à ce que toutes les parties engagent des discussions actives et constructives dans le cadre de l’OMC, afin d’aboutir à un résultat efficace et équilibré.

La Chine continuera à apporter sa contribution à promouvoir l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement.

South China Morning Post : La Représentante américaine au Commerce Katherine Tai a indiqué qu’elle espérait rencontrer les fonctionnaires commerciaux chinois dans un proche avenir. Quelle est la réponse de la Chine à cela ? La Chine et les États-Unis ont-ils eu des communications sur une réunion entre leurs fonctionnaires commerciaux ?

Wang Wenbin : Concernant les questions détaillées des relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, je vous conseille de vous adresser aux services compétents. En tant que réponse de principe, je tiens à réitérer que la coopération économique et commerciale sino-américaine est par nature mutuellement bénéfique et qu’il y a de vastes intérêts communs et un énorme espace de coopération entre les deux parties. Les questions dans les relations économiques et commerciales bilatérales doivent être résolues adéquatement dans un esprit de respect mutuel et de consultations sur un pied d’égalité.

AFP : La Commission européenne a proposé une motion mercredi visant à bloquer l’accès au marché européen, l’acquisition d’entreprises européennes ou la participation à des appels d’offre publics à l’encontre des entreprises étrangères, notamment les entreprises chinoises. Quels sont les commentaires de la Chine à cela ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de ce que vous mentionniez, et veuillez vous renseigner auprès des services compétents. Je voudrais indiquer que l’UE est une force importante pour la construction d’une économie mondiale ouverte et aussi un bénéficiaire du libre-échange. J’espère que l’UE continuera à promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et de l’investissement, à réduire les barrières du marché, à éviter notamment d’en ajouter de nouvelles, et à fournir un environnement d’affaires ouvert, transparent et non discriminatoire aux investissements et au développement des entreprises de divers pays, y compris celles de la Chine.

Reuters : Selon Michael Bloomberg, le Forum Bloomberg sur la nouvelle économie de cette année se transférera de Chine vers Singapour, en partie à cause de la condition inquiétante des journalistes étrangers en Chine. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de l’information dont vous parliez. Je peux vous dire qu’en Chine, tous les droits légaux des journalistes étrangers dans leur travail sont pleinement garantis conformément à la loi.

Phoenix TV : Lors d’une récente interview et de sa participation à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G7, le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que l’objectif des États-Unis n’était pas d’essayer de contenir ou de réprimer la Chine, mais d’œuvrer au maintien de l’ordre international fondé sur des règles. Selon lui, lorsqu’un pays quelconque pose un défi à cet ordre fondé sur des règles, les États-Unis défendront l’ordre. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : « L’ordre international fondé sur des règles » mentionné par les États-Unis est vague et obscur en soi-même, et il est difficile d’obtenir une large reconnaissance. Si les « règles » évoquées par les États-Unis se réfèrent aux règles fixées seulement par les États-Unis, elles ne doivent pas s’appeler des règles internationales. Ce n’est rien d’autre qu’une « règle hégémonique » qui ne pourra qu’être rejetée par les peuples du monde. Si elles se réfèrent aux règles fixées par les États-Unis et une poignée de pays, elles ne doivent pas non plus s’appeler des règles internationales, mais des « règles du petit clan », qui violent le principe de la démocratie et la plupart des pays du monde ne les accepteront pas.

Seul un ordre international fondé sur la Charte des Nations Unies et le droit international est dans l’intérêt commun de la communauté internationale. Si les États-Unis peuvent reconnaître, accepter et respecter ce genre d’ordre, nous nous en féliciterons.

Je voudrais également souligner que les questions liées au Xinjiang et à Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Les États-Unis utilisent les soi-disant droits de l’homme comme excuse pour imposer des sanctions illégales à la Chine, en particulier réprimer de manière déraisonnable des entreprises du Xinjiang sur la base de mensonges et de rumeurs. Il s’agit d’une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine et d’une destruction gratuite de l’ordre international. Les États-Unis devraient joindre leurs actes à leurs paroles et mettre en pratique leur déclaration consistant à ne pas chercher à contenir ou à réprimer la Chine, plutôt que de saper le droit international et l’ordre international sous couvert de prétendues règles.

Bloomberg : Premièrement, je voudrais savoir si les discussions sur l’accessibilité des vaccins entre diverses parties dont vous parliez auront lieu dans le cadre de l’OMC ou de l’OMS ? Deuxièmement, la Représentante américaine au Commerce Katherine Tai a déclaré que la présente administration américaine ferait des efforts sur la base de l’accord commercial conclu avec la Chine par l’administration Trump et qu’elle respectait la continuité de l’accord de phase 1. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Troisièmement, le bureau de la Représentante américaine au Commerce a indiqué que les lois chinoises sur les brevets et le droit d’auteur ainsi que le code pénal chinois avaient été amendés au cours de l’année écoulée, mais ils « n’atteignaient pas le niveau de changements fondamentaux et globaux nécessaire pour l’amélioration de la situation globale des droits de propriété intellectuelle (DPI) en Chine ». Quels sont les commentaires de la Chine ?

Wang Wenbin : Pour la première question, la Chine soutient l’attention accordée à l’accessibilité des vaccins, et s’attend à ce que toutes les parties engagent des discussions actives et constructives dans le cadre de l’OMC, afin d’aboutir à un résultat efficace et équilibré.

Concernant la deuxième question, je vous suggère de vous renseigner auprès des services compétents.

En ce qui concerne la troisième question, je vous conseille aussi de vous adresser aux services compétents. Ce que je peux vous dire, c’est que la Chine accorde depuis toujours une grande attention à la protection des DPI, et a obtenu ces dernières années des accomplissements évidents pour tous en la matière. La partie américaine doit voir d’un œil objectif les questions concernées et les traiter adéquatement.

AFP : Le Président brésilien Jair Bolsonaro a dit mercredi que le nouveau coronavirus pouvait être un produit de laboratoire, fabriqué pour une « guerre biologique ». Il a suggéré que la Chine avait lancé cette « guerre biologique ». Quels sont les commentaires de la Chine ?

Wang Wenbin : Le virus est un ennemi commun de l’humanité. L’urgence pour le moment est que les pays travaillent ensemble pour lutter contre la COVID-19 et s’efforcent de vaincre définitivement la pandémie dans les meilleurs délais. Nous nous opposons fermement à tous les actes et paroles visant à politiser le virus et à stigmatiser les autres.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer
TOUS DROITS RESERVES - L'AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE EN REPUBLIQUE TOGOLAISE