Conférence de presse du 16 juin 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/06/16

La visioconférence de haut niveau sur la coopération internationale de « la Ceinture et la Route » se tiendra le 18 juin, sous le thème « Coopération internationale de “la Ceinture et la Route” : Combattre le Covid-19 avec solidarité ». La réunion sera présidée par le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et réunira des Ministres des Affaires étrangères et des fonctionnaires au rang de ministre de 25 pays, ainsi que de hauts responsables des Nations unies et de l’Organisation mondiale de la Santé.

Cette réunion est organisée conjointement par le Ministère des Affaires étrangères, la Commission nationale du Développement et de la Réforme, le Ministère du Commerce et la Commission nationale de la Santé, dans le but de mettre en œuvre le consensus du deuxième Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale, de promouvoir une coopération renforcée dans la lutte contre le Covid-19 entre les partenaires de « la Ceinture et la Route », de mener le partage d’expériences et la coordination des politiques pour la reprise du travail et de la production, et de promouvoir une coopération de haute qualité dans le cadre de « la Ceinture et la Route ».

TASS : Aujourd’hui, la RPDC a annoncé son plan de déploiement de forces dans les zones démilitarisées dans le cadre de l’accord intercoréen. Quel est le commentaire de la Chine au sujet de la situation actuelle dans la péninsule et des relations bilatérales entre la RPDC et la République de Corée ?

Zhao Lijian : La RPDC et la République de Corée partagent la même origine ethnique. En tant que voisine proche, la Chine espère toujours une paix et une stabilité durables dans la péninsule.

Agence de presse Xinhua : Le Ministère des Affaires étrangères a annoncé ce matin que le Président Xi Jinping présiderait le Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre le Covid-19. Quelles sont les considérations derrière l’initiative conjointe de la Chine, de l’Afrique du Sud et du Sénégal pour tenir ce sommet ? Quelles sont les attentes de la Chine et de l’Afrique par rapport à ce sommet ?

Zhao Lijian : Le Président Xi Jinping présidera le 17 juin à Beijing le Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre le Covid-19 et prononcera un discours inaugural. Le Sommet extraordinaire, proposé conjointement par la Chine, l’Afrique du Sud, pays qui assume la présidence tournante de l’Union africaine (UA), et le Sénégal, pays qui assume la coprésidence du Forum sur la coopération sino-africaine, se tiendra sous forme de visioconférence. Les dirigeants des pays africains, y compris les membres de l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA et les pays qui assument la présidence tournante des principales organisations sous-régionales africaines, ainsi que le Président de la Commission de l’UA, seront présents sur invitation. Le Secrétaire général des Nations unies et le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé assisteront également à la réunion en qualité d’invités spéciaux.

La Chine attache une grande importance au développement de relations d’amitié et de coopération avec l’Afrique et s’engage à forger avec les pays africains une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide. Depuis l’apparition du Covid-19, la Chine et l’Afrique se tiennent côte à côte dans la lutte contre le virus et la relation sino-africaine s’est davantage renforcée.

Alors que la pandémie continue d’affliger le monde, y compris le continent africain, la tenue de ce sommet extraordinaire à ce moment crucial démontre une fois de plus la fraternité entre la Chine et l’Afrique, qui partagent heurs et malheurs. Non seulement cela consolidera le consensus des deux parties sur la solidarité contre le virus et promouvra un nouveau développement dans la coopération sino-africaine, mais cela soutiendra également le multilatéralisme et renforcera la coopération internationale dans la lutte contre le Covid-19.

La Chine est prête à travailler avec les autres participants pour un sommet réussi.

Global Times : Selon les médias étrangers, avec l’augmentation rapide de nouveaux cas de Covid-19 dans certaines des régions les plus vulnérables du monde, plus de 20 organisations d’aide internationale et certains pays africains ont exprimé leur « préoccupation croissante » quant au fait qu’il y ait « peu ou pas » d’aide américaine en première ligne de la lutte contre le virus. Les Etats-Unis ont promis 10 milliards de dollars pour la recherche sur les vaccins, l’aide humanitaire et les interventions d’urgence, mais la plupart des fonds promis n’ont pas été versés. Certaines personnes disent que ce sont de grandes promesses et peu d’actions. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai également lu les reportages concernés. S’agissant de la mise en œuvre de la promesse d’aide américaine, je pense que vous devriez demander à la partie américaine.

Le Covid-19 a posé de graves défis à de nombreux pays, en particulier ceux des régions vulnérables. Nous espérons que tous les membres de la communauté internationale, en particulier ceux qui le peuvent, contribueront davantage à la coopération internationale contre le virus et s’acquitteront mieux de leurs responsabilités.

Reuters : Première question, plusieurs experts et fonctionnaires chinois ont déclaré que la souche de coronavirus découverte à Beijing était différente de celle trouvée à Wuhan au début de l’épidémie. Et un responsable du CDC de Beijing vient de dire qu’il s’agit de souches européennes. Le gouvernement chinois pense-t-il donc que les dernières infections sont d’origine étrangère ? Et puis, en lien avec cette épidémie, la Chine a arrêté les importations de saumon et intensifié l’inspection de certains produits liés à l’alimentation et d’autres produits. La Chine prévoit-elle d’imposer de nouvelles restrictions aux marchandises et aux voyageurs en provenance de l’étranger ?

Zhao Lijian : Ce sont des questions très techniques. Je vous renvoie aux autorités compétentes.

China National Radio : De janvier à avril 2020, les douanes de Shijiazhuang, Nanjing, Shanghai, Dalian et Shenzhen ont détecté des organismes nuisibles dans les bois bruts importés du Canada. Pourriez-vous confirmer ces informations ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Récemment, les douanes des villes chinoises concernées ont détecté des insectes nuisibles de quarantaine vivants, comme le longicorne et le scolyte, dans des bois bruts importés du Canada. Afin d’empêcher l’introduction de ces insectes nuisibles, la Chine a traité ces bois bruts conformément aux lois et règlements chinois en matière de quarantaine. Parallèlement, conformément aux normes internationales, les autorités compétentes chinoises ont informé la partie canadienne de cette situation en temps opportun et ont demandé à la partie canadienne d’enquêter sur la cause et de prendre des mesures d’amélioration.

Je tiens à souligner qu’il incombe au gouvernement chinois de protéger la sécurité agricole, forestière et écologique de la Chine. Les mesures prises par les autorités compétentes chinoises sur les bois bruts canadiens sont des précautions normales de sécurité en matière de quarantaine, et sont scientifiques, raisonnables et conformes aux lois et règlements chinois concernés et aux pratiques coutumières internationales.

AFP : Première question, il y a quelques minutes, la RPDC a fait sauter un bureau de liaison avec la République de Corée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Et deuxième question, le scientifique russe Valery Mitko a été accusé d’espionnage pour la Chine par le gouvernement russe. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne votre première question, je n’ai pas d’informations pertinentes. La RPDC et la République de Corée partagent la même origine ethnique et sont des parties directement concernées par la question de la péninsule coréenne. En tant que voisine proche et amie, la Chine soutient toujours la réconciliation et la coopération entre la RPDC et la République de Corée et reste attachée à la paix et à la stabilité durables dans la péninsule.

Concernant votre deuxième question, je ne suis pas au courant de la situation que vous avez mentionnée.

Beijing Daily : Comme le révèle le site Internet australien de technologie iTWire le 14 juin, l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a été le principal responsable de la suppression par Twitter de plus de 20 000 comptes « pro-Chine ». Cet institut prétend être un groupe de réflexion indépendant, mais, en réalité, il s’agit d’un groupe de pression dont les sponsors sont de grandes entreprises de défense et de technologie, y compris le contractant américain de défense Lockheed Martin, le fournisseur américain de défense Northrop Grumman, la branche australienne du contractant américain de défense Raytheon, et MBDA. Les entreprises de défense ont financé 57% des budgets de l’institut pour l’année 2018-2019. Parallèlement, l’institut a bénéficié de fonds à hauteur de 4 millions de dollars provenant du gouvernement australien. En outre, il a également reçu un don de plus de 440 000 dollars australiens de la part du Global Engagement Center du Département d’Etat américain. Etant donné ce qui précède, l’ASPI adopte une position anti-Chine cohérente. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ce n’est pas la première fois que les médias révèlent le passé « indépendant » de l’ASPI. Mes collègues ont répondu à plusieurs reprises aux rapports déformants et ridicules de cet institut. La communauté internationale est le juge équitable pour déterminer si un tel institut a une crédibilité et une indépendance académiques à proprement parler.

AFP : Avez-vous aujourd’hui de nouvelles informations sur les pourparlers entre les diplomates américains et chinois à Hawaï ?

Zhao Lijian : Je n’ai rien à ajouter.

***********

J’ai quelques précisions à apporter concernant la conférence de presse d’hier. Tout d’abord, un journaliste de l’AFP nous a signalé hier ce qui semblait être un avis du Ministère des Affaires étrangères indiquant que les étrangers titulaires de visas et de titres de séjour en cours de validité ne pourraient pas entrer en Chine à partir du 15 juin. Après vérification, nous avons constaté qu’il ne s’agissait que d’une rumeur se propageant en ligne. Le Ministère des Affaires étrangères n’a pas publié un tel avis récemment. La capture d’écran sur les réseaux sociaux a été réalisée par une personne qui a délibérément modifié et édité un avis précédent. Encore une fois, nous voudrions rappeler à nos amis de la presse de vérifier les informations en ligne pour éviter de rapporter de fausses informations.

Actuellement, la situation du Covid-19 à l’étranger reste grave et il ne peut donc y avoir de relâche dans nos efforts pour nous prémunir contre les cas importés. D’après mes informations, le mécanisme efficace de prévention et de contrôle de Beijing concernant les arrivants internationaux actuellement en place restera inchangé pour prévenir les risques liés aux cas importés.

Pour les voyageurs internationaux entrant directement à Beijing, un dépistage à distance comprenant des tests d’acide nucléique et des tests d’acide nucléique après l’entrée sera effectué. En principe, tous les voyageurs internationaux doivent rester en observation médicale pendant 14 jours. Pour ceux qui arrivent par un premier point d’entrée, ils peuvent entrer à Beijing après être restés en observation médicale pendant 14 jours et avoir passé des tests d’acide nucléique au premier point d’entrée.

Deuxièmement, on m’a demandé si des visites consulaires avaient été organisées pour les détenus étrangers en Chine pendant l’épidémie. La Chine protège leurs droits légaux conformément à la loi et fournit l’assistance nécessaire aux fonctionnaires consulaires étrangers conformément aux conventions internationales et aux accords consulaires bilatéraux avec les pays concernés. Afin d’assurer la sécurité des personnes détenues pendant l’épidémie, les autorités compétentes chinoises ont suspendu les visites consulaires en présentiel. Mais des appels téléphoniques et des conversations vidéo ont été organisés en fonction des besoins réels. Au fur et à mesure que la situation évolue en ce qui concerne la prévention et le contrôle de l’épidémie, les autorités compétentes chinoises apporteront des ajustements à leurs mesures actuelles.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer
TOUS DROITS RESERVES - L'AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE EN REPUBLIQUE TOGOLAISE