Conférence de presse du 9 septembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/09/09

À l’invitation du Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, du Ministre kazakh des Affaires étrangères Tileuberdi, du Ministre kirghize des Affaires étrangères Aidarbekov, du Ministre mongol des Affaires étrangères Enkhtaivan, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera à la réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) en Russie et effectuera des visites en Russie, au Kazakhstan, au Kirghizistan et en Mongolie du 10 au 16 septembre.

China Daily : La porte-parole du Département d’État américain Morgan Ortagus a twitté le 8 septembre que « le Département d’État travaille depuis des années pour convaincre la Chine de permettre aux journalistes américains de revenir en Chine, de donner aux médias américains la liberté de reprendre leurs activités normales et de mettre fin à l’intimidation et au harcèlement des journalistes étrangers ». Selon elle, les reportages médiatiques ouverts et indépendants n’existent pas en Chine. Elle a cité un rapport du Club des correspondants étrangers en Chine comme preuve. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les accusations portées par cette responsable américaine contre la Chine sont totalement injustifiées, et elles constituent une confusion typique entre le juste et l’injuste. Le problème qu’elle a évoqué n’existe pas. À part les journalistes américains qui sont partis alors que la Chine a été obligée de prendre des contre-mesures, pouvez-vous citer un média américain en Chine dont la liberté de fonctionnement normal a été affectée ? Pouvez-vous citer un journaliste américain dont le retour en Chine a été entravé ?

En ce qui concerne ce qui se passe dans le secteur des médias entre la Chine et les États-Unis, les tenants et aboutissants sont très clairs. Ce sont toujours les États-Unis qui ont réprimé d’abord les médias chinois, et la Chine a été obligée de prendre des contre-mesures légitimes. Les responsables américains doivent être honnêtes avec les faits. La partie américaine a intensifié la répression des médias chinois, à commencer par leur inscription en tant qu’« agents étrangers » et leur désignation comme « missions étrangères », jusqu’à la prise en otages des journalistes chinois, en passant par le retard et le refus injustifiés de délivrance de visas à plus de 20 journalistes chinois, l’expulsion sous une forme ou une autre de plus de 60 journalistes chinois, la réduction de leur séjour à un maximum de 90 jours. Tout cela a gravement perturbé le travail et la vie normaux des journalistes chinois aux États-Unis et a porté gravement atteinte aux échanges socioculturels normaux entre les deux pays.

Les journalistes étrangers en Chine font toujours leurs reportages dans des conditions ouvertes et libres, avec leur droit de faire des reportages pleinement protégé par la loi. Le gouvernement chinois offre une multitude d’opportunités de reportages aux médias étrangers. Pour les grandes activités nationales comme les sessions annuelles de l’APN et de la CCPPC, et les événements diplomatiques d’importance majeure comme le Sommet du G20 ou les visites de dirigeants étrangers en Chine, la partie chinoise facilite toujours la couverture médiatique étrangère en mettant en place des centres de presse et en organisant des interviews. S’ils sont constamment intimidés et harcelés comme les États-Unis l’ont prétendu, comment pouvez-vous expliquer la présence d’un si grand nombre de médias et de journalistes étrangers en Chine ? Si les reportages médiatiques ne sont pas ouverts et indépendants en Chine, alors comment se fait-il que les médias étrangers ici ont fait des reportages si riches et si diversifiés ?

Quant à l’organisation mentionnée par la responsable américaine, la Chine ne l’a jamais reconnue. Elle a été rafistolée par quelques journalistes qui ont des préjugés contre la Chine et ne peut en aucun cas représenter la véritable voix des 500 journalistes étrangers en Chine. Cette soi-disant organisation a longtemps déformé les faits et diffamé l’environnement de reportage en Chine. Où était sa voix lorsque les États-Unis ont refusé de délivrer les visas aux journalistes chinois et expulsé sous une forme déguisée des journalistes chinois ? A-t-elle prononcé un seul mot au nom de la justice lorsque les États-Unis ont arbitrairement réduit la période de validité des visas de journalistes chinois et n’ont accordé une prolongation de visa à aucun d’entre eux ?

D’une autre part, les États-Unis ont attaqué et réprimé autrui, et d’autre part, ils ont toujours voulu se créer une arche morale, c’est le style constant des politiciens et des responsables américains. Mais un mensonge ne peut jamais devenir une réalité et le masque finira toujours par être arraché. Les États-Unis parlent fréquemment de « liberté de la presse » et de « reportages indépendants », mais ils s’ingèrent arbitrairement dans les reportages des journalistes de différents pays sur les États-Unis, et en viennent même aux mains contre les journalistes. Selon les statistiques d’US Press Freedom Tracker, on compte 405 incidents portant atteinte à la liberté de la presse dans 64 villes américaines du 26 mai au 10 juin, y compris 58 arrestations et 86 attaques. Pour ces politiciens et responsables américains, la « liberté de la presse » n’est qu’un prétexte pour salir et réprimer les journalistes. Cela a mis à nu leur pratique du « deux poids deux mesures », et leur nature hégémonique d’intimidation.

Je tiens à souligner une fois de plus que la politique fondamentale de la Chine d’ouverture sur l’extérieur n’a pas changé, et ne changera pas. Nous souhaitons la bienvenue aux médias et journalistes de tous les pays pour réaliser des reportages en Chine en conformité avec les lois et réglementations, et continuerons de leur offrir facilités et assistance. Ce à quoi nous nous opposons, ce sont les préjugés idéologiques envers la Chine, les fausses informations au nom de la « liberté de la presse », et les actes en violation de l’éthique professionnelle.

Phoenix TV : À propos de la présence du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi à la réunion du Conseil des Ministres des pays membres de l’OCS et de ses visites en Russie, au Kazakhstan, au Kirghizistan et en Mongolie que vous venez d’annoncer, pouvez-vous nous faire part de l’importance et des dispositions prévues pour ces visites ?

Zhao Lijian : Le déplacement du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi est une mission diplomatique importante qui combine des dimensions bilatérales et multilatérales et concerne quatre pays voisins amis, visant à promouvoir la coopération dans le cadre de l’OCS et à approfondir les relations d’amitié et de coopération avec les quatre pays.

La Chine offre son plein soutien aux travaux de la Russie, qui assume la présidence tournante de l’OCS de 2019 à 2020. Au cours de la prochaine réunion, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi échangera, avec ses homologues d’autres États membres de l’OCS, sur la coopération de l’OCS dans divers domaines dans le contexte de la pandémie de COVID-19, et les grandes questions internationales et régionales d’importance majeure. Il aura des rencontres bilatérales avec les chefs de la diplomatie des États membres concernés, et assistera au déjeuner des Ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la Russie et de l’Inde.

La Chine et la Russie sont les plus grands pays voisins l’une pour l’autre, et des partenaires stratégiques globaux de coordination. Depuis le début de cette année, les deux Chefs d’État ont maintenu de fréquents échanges par le biais d’entretiens téléphoniques, de correspondances et d’autres moyens, guidant un développement de haut niveau du partenariat stratégique global de coordination Chine-Russie dans la nouvelle ère. Pendant sa visite en Russie, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s’entretiendra avec le Ministre des Affaires étrangères Lavrov, et rencontrera la presse avec lui. Les deux Ministres échangeront leurs vues sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d’intérêt commun pour renforcer la coordination stratégique sino-russe.

Le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Mongolie sont tous des voisins importants de la Chine. La Chine et le Kazakhstan sont partenaires stratégiques globaux perpétuels, et la Chine et le Kirghizistan, ainsi que la Chine et la Mongolie sont réciproquement partenaires stratégiques globaux. Pendant sa visite, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi rencontrera les dirigeants des trois pays et s’entretiendra avec les Ministres des Affaires étrangères des trois pays pour consolider l’amitié traditionnelle, renforcer la coopération dans la lutte contre le COVID-19, approfondir la coopération pragmatique dans différents domaines, promouvoir le développement de qualité de la coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », et renforcer la coordination et la coopération dans les affaires internationales.

Global Times : Selon des reportages, des personnels du service australien de renseignements ont effectué, en juin, une perquisition surprise au domicile de quatre journalistes travaillant pour trois médias chinois, saisissant les ordinateurs et téléphones portables qu’ils utilisaient dans leur travail. Pouvez-vous confirmer cela ? Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous l’avons appris auprès des agences de presse concernées, à la fin de juin de cette année, des personnels du service australien de sécurité et de renseignements ont effectué des perquisitions et interrogatoires surprises auprès de quatre journalistes chinois en poste en Australie travaillant pour l’Agence de presse Xinhua, le Groupe de Médias de Chine et China News Service, sous prétexte d’une éventuelle violation de la « Loi australienne sur l’ingérence étrangère », saisissant les ordinateurs et les téléphones portables utilisés pour leur travail, et même des tablettes éducatives et des jouets électroniques de leurs enfants. Autant que nous sachions, la partie australienne n’a pas encore donné d’explications raisonnables pour avoir fouillé ces journalistes chinois, ni rendu le matériel saisi.

Je voudrais souligner que les journalistes chinois en Australie respectent strictement les lois et réglementations locales, font leurs reportages suivant le principe d’objectivité et d’équité et ont fait beaucoup de travail pour promouvoir la connaissance mutuelle et les échanges amicaux entre les deux peuples, ce qui a été largement salué par toutes les parties. Les actes du gouvernement australien perturbent gravement les activités normales de reportage des médias chinois en Australie, violent grossièrement leurs droits et intérêts légitimes et causent de graves dommages à la santé physique et mentale des journalistes et de leurs familles. Cela dévoile pleinement l’hypocrisie de la « liberté de la presse » et du « respect et de la protection des droits de l’homme » prétendus par certains en Australie, et un tel acte n’est en aucun cas constructif. La Chine a effectué des démarches solennelles à la partie australienne à plusieurs reprises. Nous exhortons la partie australienne à cesser immédiatement ses actes barbares et déraisonnables, à cesser de harceler et de réprimer les ressortissants chinois en Australie sous quelque prétexte que ce soit, à garantir la sécurité et les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois, et à cesser de faire tout ce qui entrave les échanges et la coopération socioculturels entre les deux pays.

Prasar Bharati : Les Ministres indien et chinois des Affaires étrangères seront à Moscou pour la réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’OCS. Une rencontre bilatérale est-elle prévue ? Et si cette rencontre bilatérale a lieu, quelles seront les attentes de la Chine ?

Zhao Lijian : Je viens de vous donner les informations sur le déplacement du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi. Si nous avons quelque chose à présenter sur la rencontre bilatérale dont vous avez parlé, nous les publierons en temps utile.

Reuters : À propos de ces quatre journalistes chinois, sont-ils toujours en Australie ou sont-ils déjà retournés en Chine ?

Zhao Lijian : À ma connaissance, ils sont déjà retournés en Chine.

RIA Novosti : Je veux juste confirmer si vous avez dit tout à l’heure qu’il y aurait un déjeuner entre les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la Russie et de l’Inde en marge de la participation du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi à la réunion de l’OCS. Quel jour exactement effectuera-t-il sa visite en Russie ?

Zhao Lijian : Oui, les Ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la Russie et de l’Inde auront un déjeuner.

Je viens de dire que le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à la réunion du Conseil des Ministres des Affaires étrangères de l’OCS en Russie et effectuera des visites en Russie, au Kazakhstan, au Kirghizistan et en Mongolie du 10 au 16 septembre. Nous publierons les informations concernées en temps utile.

Reuters : Les médias chinois ont rapidement révélé l’information sur la perquisition de quatre journalistes chinois en Australie au lendemain du rapatriement de journalistes australiens dans leur pays après leur enquête et leur interrogatoire par les départements concernés chinois. Y a-t-il un lien entre les deux affaires ? L’arrestation de Cheng Lei et l’interrogatoire de journalistes australiens sont-ils une conséquence de l’enquête australienne sur des journalistes chinois ?

Zhao Lijian : Aujourd’hui, j’ai présenté la situation concernant des journalistes chinois et hier vous avez posé des questions sur la situation de journalistes australiens. Ce sont deux questions de nature différente. Il n’est pas nécessaire de faire une surinterprétation à ce sujet.

Kyodo News : Vous venez d’annoncer le déplacement du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi. En ce moment, les réunions des Ministres des Affaires étrangères sur la coopération en Asie de l’Est sont en cours et ne prendront fin que le 12 septembre. Alors, quel officiel chinois participera aux réunions des Ministres des Affaires étrangères sur la coopération en Asie de l’Est ?

Zhao Lijian : Nous avons déjà publié des informations à ce sujet. Les réunions des Ministres des Affaires étrangères sur la coopération en Asie de l’Est se tiendront par liaison vidéo du 9 au 12 septembre. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera aux réunions le 9 septembre. Nous publierons les informations relatives à la participation de la partie chinoise en temps utile.

Reuters : Les responsables américains des douanes et de la protection des frontières se préparent à ordonner l’interdiction de l’importation du coton et des tomates en provenance du Xinjiang, sous le prétexte du « travail forcé ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Dernièrement, la Chine a montré avec des faits et des chiffres que les questions relatives au Xinjiang ne concernaient en aucun cas les droits de l’homme, l’ethnie ou la religion, mais la lutte contre le terrorisme et le séparatisme. Les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine dont les États-Unis n’ont pas le droit de se mêler et à propos desquelles ils ne sont pas qualifiés.

Ce qui importe vraiment aux États-Unis, ce ne sont jamais les droits de l’homme, mais la répression d’entreprises chinoises, le sabotage de la stabilité du Xinjiang et les calomnies de la politique chinoise à l’égard du Xinjiang, sous le prétexte des droits de l’homme. Les 1,4 milliard de Chinois, y compris les habitants de différentes ethnies du Xinjiang, ainsi que l’ensemble de la communauté internationale, ont percé à jour l’hypocrisie et les intentions malveillantes des États-Unis.

Les États-Unis doivent arrêter immédiatement leurs agissements erronés consistant à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et de nuire aux intérêts chinois. La Chine continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

South China Morning Post : Le rédacteur en chef du « Global Times » Hu Xijin a twitté sur son compte que la Chine sanctionnerait les hauts responsables américains qui visitent Taiwan et certaines entreprises américaines concernées. Pouvez-vous confirmer cela ?

Zhao Lijian : D’une manière générale, nous ne répondons pas spécifiquement aux reportages et aux commentaires des médias.

Je peux vous dire que la question de Taiwan touche aux intérêts fondamentaux de la Chine. La position de la Chine sur cette question est constante et claire. Personne ne doit sous-estimer la détermination et la volonté inébranlables du gouvernement et du peuple chinois à défendre les intérêts nationaux. Nous exhortons les États-Unis à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à mettre fin à toute forme d’échanges officiels entre les États-Unis et Taiwan, et à gérer de manière prudente et judicieuse la question de Taiwan, afin d’éviter de nuire gravement aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Reuters : Des organisations des droits de l’homme ont publié aujourd’hui deux lettres. La première est adressée par plusieurs organisations des droits de l’homme au Comité international olympique (CIO), lui demandant de reconsidérer, vu la situation des droits de l’homme en Chine, le choix d’attribuer à Beijing l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2022. Et la deuxième lettre est adressée au Secrétaire général de l’ONU et à la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, appelant à la mise en place d’un mécanisme international pour lutter contre les violations des droits de l’homme par le gouvernement chinois. Quel est le commentaire de votre Ministère à ce sujet ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, les tentatives de certaines soi-disant organisations des droits de l’homme de politiser le sport vont à l’encontre de l’esprit de la Charte olympique. La Chine s’y oppose fermement.

Je tiens à réaffirmer que les Jeux olympiques d’hiver de Beijing 2022 seront une nouvelle contribution importante de la Chine au Mouvement olympique. Les amateurs de sports d’hiver du monde entier l’attendent avec impatience. Actuellement, la préparation se déroule dans d’heureuses conditions sur tous les fronts, ce qui est hautement reconnu par la communauté internationale, y compris le CIO. Nous travaillerons avec toutes les parties pour faire des Jeux olympiques d’hiver de Beijing 2022 une manifestation olympique spectaculaire, extraordinaire et exceptionnelle.

S’agissant de votre deuxième question, les allégations sans fondement de ces organisations ne valent pas la peine d’être réfutées.

PTI : Vous avez dit tout à l’heure que les visites du Conseiller d’État Wang Yi comprennent des volets multilatéraux et bilatéraux, en particulier avec les Ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OCS. Alors, pouvons-nous comprendre que cela inclura une rencontre bilatérale entre les chefs de la diplomatie chinois et indien ? Par ailleurs, pour quand est prévu le déjeuner des Ministres des Affaires étrangères de la Chine, de la Russie et de l’Inde ?

Zhao Lijian : Nous publierons les informations concernant les dispositions spécifiques en temps utile. Pour le moment, je n’ai pas d’informations à vous donner.

South China Morning Post : ABC a rapporté cet après-midi que les visas de plusieurs hauts responsables de médias chinois et de deux chercheurs chinois en Australie avaient été annulés dans le cadre d’une enquête menée par la partie australienne sur une affaire d’« influence étrangère » en Nouvelle-Galles du Sud. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n’ai pas lu le reportage que vous avez mentionné.

Tout à l’heure, j’ai présenté très clairement la position de la Chine sur la perquisition de quatre journalistes de trois médias chinois en Australie par le service australien de renseignements. Selon des sources d’information, la partie australienne n’a pas encore donné d’explications raisonnables pour avoir fouillé ces journalistes, et elle n’a pas rendu le matériel saisi à ces journalistes chinois.

Nous demandons à la partie australienne de cesser immédiatement ses actes barbares et déraisonnables, de cesser de harceler et réprimer les ressortissants chinois en Australie sous quelque prétexte que ce soit, de garantir la sécurité et les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois, et de cesser de faire tout ce qui entrave les échanges et la coopération socioculturels entre les deux pays.

Reuters : ABC dit que ces quatre Chinois comprennent deux journalistes et deux chercheurs. Y a-t-il d’autres journalistes dont les médias australiens n’ont pas fait état ?

Zhao Lijian : Ce que je peux vous dire, c’est que, comme je viens de le dire, quatre journalistes chinois ont été fouillés et interrogés lors d’une action surprise de la partie australienne. Je ne suis pas au courant du reportage et de la situation que vous venez de mentionner.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer
TOUS DROITS RESERVES - L'AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE EN REPUBLIQUE TOGOLAISE